Sauter et accéder directement au contenu Sauter et accéder directement à la navigation du site Sauter et accéder directement au pied de page

MISSION DES BIO-PONTS MONDIAUX

EN 2016, NOUS NOUS SOMMES LANCÉS DANS UNE MISSION UN PEU FOLLE : BÂTIR DES PONTS DANS LA NATURE.

Notre mission de bio-ponts mondiaux est très précise : restaurer des ponts bio, ou des corridors de vie sauvage, dans des paysages endommagés pour aider les membres des espèces menacées à se retrouver, à se reproduire et à prospérer, tout en aidant les communautés locales à vivre de façon plus durable.

Fleuve

Grâce aux promotions de notre mission de bio-ponts mondiaux, nos chers clients ont participé directement à la construction de ponts bio par des dons faits à l’achat de produits sélectionnés dans les magasins participants. Ces dons ont contribué à améliorer la vie des communautés locales et à protéger les habitats d’animaux comme Reggie, un douc, l’une des espèces de primates menacées du Vietnam. Grâce à votre aide, nous avons participé à la construction de 75 millions de mètres carrés de bio-ponts. Nous sommes extrêmement fiers de cette mission; et même si elle est terminée, notre combat pour protéger la nature se poursuit.

Un orang-outan qui mange

BATANG TORU, INDONÉSIE

En Indonésie, nous avons aidé à financer le travail de l’Orangutan Land Trust et du Yayasan Ekosistem Lestari dans l’écosystème du Batang Toru à Sumatra. Ce projet a contribué à protéger la population d’orangs-outans en danger de disparation la plus au sud ainsi que les tigres de Sumatra. Le financement du Orangutan Land Trust a également servi à soutenir le Yayasan Ekosistem Lestari et le programme de conservation des orangs-outans de Sumatra.

En décembre 2017, les scientifiques ont découvert une nouvelle espèce, l’orang-outan de Tanapuli Avec seulement 800 individus, c’est officiellement l’espèce de grands singes la plus menacée.

Un singe qui mange

KHE NUOC TRONG, VIETNAM

En 2016, nous avons lancé notre premier projet de bio-pont dans la forêt de Khe Nuoc Trong au Vietnam. La chasse, le braconnage et la coupe de bois à petite échelle constituent les principales menaces de la forêt de Khe Nuoc Trong. En collaboration avec le World Land Trust et son partenaire local, Viet Nature Conservation Centre, le financement a servi à protéger la forêt et les nombreuses espèces d’animaux qui l’habitent, dont le douc, une espèce de singes menacée.

Nous avons choisi Khe Nuoc Trong pour sa biodiversité et pour sensibiliser les gens à l’augmentation de la perte d’habitats dans des endroits un peu moins connus.

Singe qui se balance dans les arbres

MONTAGNES DU GARO, MEGHALAYA, INDE

En collaboration avec le World Land Trust et son partenaire local World Land Trust de l’Inde, nous avons aidé à protéger l’éléphant d’Inde et le gibbon hoolock occidental dans les montagnes du Garo en Inde, en créant une réserve forestière villageoise et en restaurant 6 millions de mètres carrés d’habitat.

Visage d’un homme

RÉSERVE DE SIERRA SANTA CRUZ, GUATEMALA

Un projet géré par le World Land Trust et son partenaire local, la Fundación para el Ecodesarrollo y la Conservación (FUNDAECO) se déroule dans la réserve de Sierra Santa Cruz au Guatemala. Le World Land Trust a lancé sa campagne de financement Treasure Chest en octobre 2017 et nous avons versé 100 000 £ (environ 171 000 $CA) sur les 625 000 £ (environ 1,06 million de $CA) amassées.

Depuis la fin des années 1990, les deux causes de la déforestation de cette région ont été : la croissance exponentielle de la production de l’huile de palme et le commerce de la cocaïne, qui enrichissent les propriétaires terriens qui agrandissent leur ranch empiétant grandement sur la forêt. FUNDAECO vise à offrir des options d’emploi et de revenu créant des occasions pour les communautés Q´eqchí situées au sud de la réserve. Elle tente ainsi de réduire à long terme les intrusions pour l’extraction illégale des ressources.

Nous nous sommes engagés à aider les gens autant que la planète. Les populations locales jouent un rôle essentiel dans ce projet et FUNDAECO collabore étroitement avec la communauté la plus près de la réserve. Là, elle gère deux projets de développement : la formation des femmes de Q´eqchí en tourisme et l’aquaculture d’espèces de poissons indigènes avec les pêcheurs locaux.

Personnes qui plantent des arbres

CORRIDOR FAUNIQUE DE SELOUS-NIASSA, TANZANIE

En Tanzanie, nous avons collaboré avec de nouveaux partenaires, Mpingo Conservation & Development Initiative (MCDI), une ONG qui a protégé jusqu’à maintenant plus de 421 000 hectares de terre. Sa mission est de faire progresser la conservation de la forêt et le développement de la communauté en Tanzanie en favorisant l’exploitation durable et socialement équitable des ressources forestières.

Ce projet s’est attaqué aux principales barrières de la croissance de la foresterie communautaire durable dans le corridor faunique de Selous-Niassa. Le but de ce projet était de protéger certaines espèces menacées et d’habiliter sept communautés afin qu’elles puissent générer suffisamment de revenus pour payer tous les coûts de gestion de leurs réserves forestières protégées et assurer la conservation à long terme des forêts naturelles.

Deux corridors nationaux de migration des éléphants passent dans ces forêts. De plus, elles abritent près de la moitié de la population restante de chiens sauvages de l’Afrique. Les lions d’Afrique, les léopards et les hippopotames font partie des autres espèces de mammifères importantes en danger dans les forêts locales.

Aigle en vol

VALLÉE DE FERGANA, SUD DU KYRGYZSTAN

En collaboration avec l’organisme de bienfaisance de conservation Fauna & Flora International (FFI), ce projet est axé sur la protection des forêts de fruits et de noix sauvages situées dans la vallée de Fergana.

Ces forêts d’Asie centrale sont d’une importance mondiale dans le contexte de la conservation, mais elles ont diminué de façon inquiétante et continue de diminuer tous les ans, de nombreuses espèces étant déjà au bord de l’extinction. Il ne reste que de 5 à 10 % de zone boisée originale.

En collaboration avec le FFI, nous nous sommes engagés à reboiser 4 millions de mètres carrés de forêt, en travaillant avec les communautés, les unités forestières et le gouvernement local, dans des activités de plantation, de protection et de régénération d’espèces d’arbres indigènes menacées. Le but est de créer des liens entre les parcelles de forêt et d’augmenter le nombre d’arbres de 10 000 pour accroître la connectivité et la santé de la forêt.

Koala dans un arbre

NOOSA, QUEENSLAND, AUSTRALIE

La coupe de bois dans le Queensland en Australie a récemment atteint des niveaux catastrophiques. La Noosa Biosphere Community est passionnée par la protection des koalas et de l’habitat des koalas du Noosa. Partout en Australie, mais particulièrement dans le Queensland, la population de koalas est en déclin, principalement en raison de la destruction de leur habitat, incluant par les feux de brousse.

Nous avons voulu soutenir ce projet et sensibiliser les gens aux menaces croissantes pour les habitats dans les pays développés, comme l’Australie. Grâce à son financement de 50 000 £ (environ 85 500 $CA), nous avons aidé au lancement du projet de 10 ans de Noosa, sensibilisé les gens à la plantation d’arbres et planté 12 000 eucalyptus (garde-manger des koalas). Il a été ainsi possible de rétablir l’habitat des koalas sur plus de 300 000 mètres carrés de terre déboisée pour créer un corridor menant à végétation restante dans le nord-est de la réserve.

Vallée fluviale

VALLÉE DE WYE, GLOUCESTERSHIRE, ANGLETERRE

Au R.-U., nous avons collaboré avec l’organisme de bienfaisance de conservation The Woodland Trust sur un projet de protection et de connexion des forêts anciennes dans la vallée de Wye et la forêt de Dean. Le Woodland Trust est l’un des principaux organismes de bienfaisance de protection des forêts du R.-U. Il vise à améliorer la biodiversité, à permettre aux gens d’apprécier les forêts et à expliquer le rôle que jouent les arbres dans le nettoyage de l’air et de l’eau; ils emmagasinent du carbone, préviennent les inondations et favorisent la santé et le bien-être.

L’amélioration de la connectivité entre la vallée de Wye et la forêt de Dean pourrait créer l’un des plus grands écosystèmes forestiers de l’Angleterre et favoriser à long terme le ré-ensauvagement de la région par la réintroduction des martres des pins.

Visage de léopard

REFUGE DE LA VIE SAUVAGE DU CAUCASE, PROVINCE D’ARARAT, ARMÉNIE

En partenariat avec la Foundation for the Preservation of Wildlife and Cultural Assets (FPWC), le World Land Trust aide en restaurant la toute première réserve protégée privée du sud du Caucase. Les habitats de cette région font face à deux menaces graves. La première est la chasse et le braconnage non contrôlés qui déciment des espèces extrêmement rares. La deuxième est la dégradation et la destruction des habitats sauvages par la coupe de bois illégale, la cueillette de plantes, le surpâturage et les feux de forêt causés par les humains.

L’engagement communautaire est au cœur de ce projet. Le paiement de la location des terres pour la conversation sera versé dans les projets de développement communautaire, comme l’amélioration des routes et des infrastructures d’éclairage ainsi que des écoles.

Visage de chat

GHATS OCCIDENTAUX, DISTRICT DE RATNAGIRI, ÉTAT DU MAHARASHTRA, INDE

Les Ghats occidentaux sont un centre névralgique de biodiversité. Nous avons versé 100 000 £ (environ 171 000 $CA) pour protéger 2,8 millions de mètres carrés d’habitat. Les Ghats occidentaux sont une chaîne de montagnes intérieure de 1 600 km qui suit la côte ouest de l’Inde. Ils sont plus anciens que l’Himalaya et ont une importance très importante en raison de leur biodiversité exceptionnellement élevée.

Plus de 300 espèces menacées à l’échelle mondiale (liste rouge de l’UICN) habitent dans les Ghats occidentaux, dont une grande population d’éléphants d’Asie, de tigres et de chats léopards de l’Inde, les plus petits chats au monde. La plus grande menace pour les forêts et la biodiversité provient de la déforestation découlant de la culture subventionnée de noix de cajou et de mangues, de la coupe de bois, de la construction, et du manque de règlements de conservation des forêts et des lacunes dans leur mise en application.

Visage d’ours

CANTON DE NANGARITZA, PROVINCE DE ZAMORA-CHINCHIPE, ÉQUATEUR

La réserve de Nangaritza est située dans l’une des régions biologiquement et culturellement la plus riche du monde. Nangaritza abrite de nombreuses espèces en voie de disparition, certaines exclusives à cette région de l’Équateur et du Pérou. Parmi les mammifères menacés de la réserve, on retrouve le jaguar, le tapir des montagnes, l’ocelot et l’ours à lunettes.

Le plus grand danger qui menace la réserve est la déforestation causée par la coupe de bois illégale, l’exploitation minière non contrôlée et la construction d’une nouvelle route qui parcourt la région. L’augmentation du nombre de mines accroît également les risques de contamination. Le World Land Trust travaille à agrandir la réserve de Nangaritza en Équateur en achetant des zones menacées de la forêt.

Visage de chimpanzé

PARC NATIONAL DE NYUNGWE, RWANDA

Le parc national de Nyungwe (NNP) au sud-ouest du Rwanda constitue la plus grande zone biodiversifiée protégée nationale. Le NNP abrite plus de 200 espèces d’arbres, 85 espèces mammifères, 13 espèces de primates (dont le chimpanzé de l’est), 278 espèces d’oiseaux, 32 espèces d’amphibiens et 38 espèces de reptiles. En collaboration avec NNP, nous avons versé 100 000 £ (environ 171 000 $CA) pour protéger 660 000 mètres carrés d’habitat.